Le palais du Roi Sancho (1309-1399)

Le Roi Jacques II de Mallorque ordena la construction du palais au début du XIVème siècle, afin que son fils puisse soulager son asthme. On pense qu´il le construisit sur le vieux alcazar qu´occupait le gouverneur arabe (vali moro: Mussa ou Muça), d´où proviendrait le nom de Valldemossa.
Ce fut l´une des résidences secondaires de la dynastie mallorquine. Le fauconnier du palais ainsi que le chemin qui le reliait à la maison royale du Teix nous démontre à tel point la chasse était l´activité principale. Nous connaissons les séjours de Jacques II, Sancho I, Jacques III, Jean I, documents attestants les travaux de maintenances effectués: Paiement à Bernat Tarrago, menuisier, architecte de Monseigneur Roi de Mallorque… la réparation des galeries de la chambre “de la Reine” dans le palais royal de Valldemossa, en danger de s´écrouler.

Le palais était distribué autour d´une cour. Au nord, la salle royale, décorée avec des bas reliefs de cerfs, communiquait avec le rez-de-chaussée d´une tour où le roi avait sa chambre. Au sud, une grande cuisine et une réserve. On entrait par un portail de pierres, un escalier en colimaçon menait au premier étage. A l´ouest, les appartements de la reine et à l´est quelques annexes. Les édifices étaient décorés de porches voutés en ogive.

(ARM Livrede dates, 1390, s.f.)

La Chartreuse initiale (1399-1717)

La dynastie majorquine achevée, le palais est tombé en désuétude. En 1399, le roi Martin I
d'Aragon le cèda pour le transformer en chartreuse. Les moines ont aménagé la place
d'armes en cloître et cimetière, cinq salons en cellules, la prison en réfectoire, la réserve en sacristíe, la cuisine en chapelle et un magasin annexe en chapître.
D'autres pièces se transformèrent en cuisine, four, cave, logement, conreria et écurie.
 
Ce cloître de Sainte Marie a été construit aux XVIème et XVIIème siècles. Sur les versants est et ouest ont été ouvertes six chapelles destinées aux messes privées des moines, l'une d´entre elles est restée intacte. Au sud, neuf cellules et au nord l'église initiale gothique qui disparut au XIX ème siècle, aujourd'hui salle de concerts. Les tableaux sont de Richard Anckermann (1842-1907) et décrivent les scènes de l'histoire de Valldemossa.

En 1717, commença l'agrandissement de la chartreuse, avec de nouveaux corridors, cellules et église, pendant que ces anciennes constructions continuèrent à être utilisées.

Jovellanos

Gaspar Melchor de Jovellanos, ministre de la justice du roi Charles IV, fut exilé par Godoy en 1801 à la chartreuse de Valldemossa. Les moines convertirent la condition de prisonnier en celle d'hôte illustre lui permettant d'habiter une celulle de l'étage noble de la “tour des invités“, qui fut construite en 1555 afin de défendre le village des attaques des maures. Entre ces murs d'un mètre et demi de large, Jovellanos s'inspira pour écrire  "Instruction publique. Histoire de la Chartreuse de Valldemossa", ainsi qu'un journal qui refléta son séjour ici.

 

Pendant un an, il participa à la vie religieuse, à la décoration de la nouvelle église, conseillant le frère Manuel Bayeu au sujet de ses fresques et à la confection avec le frère botaniste d'un traité de botanique. Finalement, et à la vue de tant
d´actes, il fut transféré pour un pire exil, au château de Bellver.

L’époque privée (depuis 1835)

En 1835 se produit la séparation définitive ainsi
que  l’évacuation des chartreux qui se sont
vu obligés d’abandonner le monastère.
Celui-ci, devenant privé, explique ainsi la
décoration actuelle, typique majorquine, résultat
du changement et de l’amménagement en
usage résidential. Depuis de nombreux hôtes
ont contribué tout au long de ces années à
enrichir son histoire: Rubén Darío,
Azorín, Unamuno, Santiago Rossinyol,
Eugeni d’Ors…
 

Les salons des maisons nobles majorquines

Les salons rouge et jaune sont
l'exemple même de la décoration typique des maisons nobles majorquines du siècle passé. La tapisserie murale dans un damassé grenade et or, avec des dessins de grenade et la qualité des meubles majorquins transformaient ces pièces en lieux de réception et de faste.

 

Le salon jaune est une galerie de portaits familiaux. de meubles tels qu'un canapé de l'époque impériale et les chaises majorquines. Dans le salon rouge, le mobilier baroque du XVIIIéme tapissé en soie, provient de chez Orlandis.

Rubén Darío

Le poète nicaraguayen, Rubén Darío, a résidé ici durant deux séjours en 1906 et 1913 pendant la période privée de la maison, invité par ses antérieurs propriétaires, les Sureda. Le caractère monacal qui se conservait entre ses murs ainsi que l'esprit de la chartreuse, l'impressiona tant qu'il se dépeint revêtu de l´habit chartreux. Durant son séjour, il a écrit "La Chartreuse", selon ses paroles “le meilleur que j’ai écris dans ma vie” et la nouvelle "L ´Or de Majorque".